"Ce que l'on apprend le plus solidement et ce que l'on retient le mieux, c'est ce que l'on apprend en quelque sorte par soi-même" - Kant (1803) - Traité de Pédagogie.

Je m'appelle François Ollivier. J'ai créé "à bonne distance".

.

"Après des années de pratique, de prise de vue dans différents contextes, ce qui est primordial à mon sens pour obtenir une bonne image c'est d’abord savoir se positionner, rechercher la bonne distance, être présent et observer.

Ce n'est pas simplement une question technique ou dépendante du matériel, c'est, selon le sujet considéré, pouvoir évaluer l’ensemble des possibilités offertes. C'est donc une recherche empirique qui doit également provoquer pour chaque personne l'émotion propre à susciter l'envie." 

Un peu d'histoire...

Né un jour d'hiver 1972, ma première immersion dans le monde de la photographie s'est réalisée aux côtés de mon oncle, photographe, qui m'a initié plus tard au développement de pellicules et à l'art du tirage en noir et blanc. Mon exploration de la photographie a débuté en argentique, mais c'est bien plus tard, fasciné par l'univers numérique, que j'ai pleinement embrassé ses multiples possibilités.

Mon intérêt pour les outils numériques, le graphisme et les arts visuels m'a conduit en Bretagne, où j'ai travaillé en tant que webdesigner, formateur et photographe au sein d'une agence web en plein essor. Cette période a marqué mes débuts dans l'art visuel, élargissant mes horizons créatifs.

J'ai cherché plus tard à augmenter mon expérience photographique, je me suis tourné sentimentalement vers le monde de la musique en Espagne (c'est une longue histoire), le FIB, le festival international de Benicassim. Trois éditions après et un film en stopmotion (1100 photographies animées) publié sur le site du festival en 2004, j'ai intégré l'équipe du festival comme photographe officiel. L'expérience FIBERMAG débutait...

Photographe officiel du FIB, photographe de presse j'ai eu l'opportunité de participer à une expérience rare à l'époque, la réalisation d'un mag papier 32 pages couleurs chaque nuit de festival pendant 4 ans et en 2019 j'en étais à 13 éditions photographiées.

Une expérience unique, enfin pour moi.

En 2011 J'ai exposé ce projet Son of Casim durant le festival de photographies "Images en Scène".

La vie étant une succession d'expériences et de mouvements, j'ai élargi mes compétences en tournage VR, montage et post-production dans le secteur du tourisme pour TUI France, collaboré avec les architectes urbanistes de Médiatransports sur des projets d'appels d'offres majeurs en publicité dans les transports urbains français. J'ai également photographié l'univers du cinéma, côté backstage pour Tournages et Cinéma SNCF, dans des gares parisiennes.

J'ai exploré l'univers du VJing avec des vidéos urbaines symétriques et psychédéliques pour des projets musicaux electro-jazz. (Projet VJing Symersion).

Depuis la pandémie, en tant que photographe indépendant, je continue de mener des projets artistiques personnels, donnant sens à ce temps de réflexion imposé. Actuellement, je poursuis mes activités professionnelles tout en alimentant mes projets photographiques, dont Bball Visual, un compte Instagram créé fin 2022 dédié à l'univers du basketball, ainsi que des projets artistiques personnels tels que "Passages".

Mon parcours artistique est le reflet d'une passion inébranlable pour la création visuelle, ancrée dans l'observation, la sincérité et une recherche esthétique constante.

 

PASSAGES

#projet photo #pont #ouvrages d'art

Son of Casim

#photo #fans #music #festival

Music

#photo #fans #music #festival

  Ils m'ont fait confiance  

   Projet Bball Visual !!! 

Logo bball visual920ABD-bball-CL23-01